Site officiel de la commune de Villette sur Ain
Accueil      Actualités      Feuille de chou     Infos pratiques      Sitemap     ?

HISTOIRE

Un peu d'histoire

Situé en Bresse, Villette fit jadis partie du royaume de Bourgogne en 879, avant de passer sous la suzeraineté des empereurs germaniques, puis de la maison de Savoie au XIIIe siècle, pour être définitivement réunie au royaume de France en 1601

Son appartenance à une région frontière longtemps convoitée explique les importantes défenses dont Villette fut dotée : deux châteaux-forts, celui de La  Palud dont il ne  reste rien et celui de Richemont dont subsistent les fondations, flanqués de quatre maisons-fortes : Gravagnieux, Monjaillon, La Moutonnière et Le Vernay.


La Côtière de Dombes entre Dombes et Bugey L'exemple de la commune de Villette/Ain

Il n'est pas besoin de souligner l'extraordinaire mutation territoriale enregistrée par les campagnes en général et par les communes périurbaines en particulier. Alors qu'il y a quelques décennies, le seul déplacement hebdomadaire des agriculteurs consistait à aller au marché, à l'heure actuelle, le genre de vie urbain a gagné les campagnes et les agriculteurs cherchent à bénéficier des services offerts par les bourgs voisins au risque de passer, eux aussi, comme les citadins, de nombreuses heures au volant de leur voiture. Non seulement les déplacements physiques ont permis d'ouvrir considérablement les territoires ruraux mais la mobilité virtuelle (téléphone, télévision, internet) transforme les campagnes en " village global ". A un moment où la côtière, à travers l'élaboration des documents de planification (SCOT de la Dombes, SDAU de la BUCOPA , se prononce sur son avenir, il semble opportun de rechercher, à travers l'histoire, quelles ont été les lignes forces du développement de cette région et la présence permanente d'un certain nombre de facteurs tout en s'interrogeant sur l'évolution même de la notion de territoire et le considérable élargissement de sa base spatiale.

La complémentarité des terroirs : une opportunité dans le monde agricole :

Villette/Ain est située sur la Côtière de l'Ain, appelée aussi côtière orientale de la Dombes. Cette côtière est une longue côte d'une vingtaine de kilomètres, en bordure de la vallée de l'Ain entre le Revermont et la Dombes. Cette Côtière est prolongée vers le sud par la Côtière du Rhône qui, au delà de meximieux s'insère au sein de l'agglomération lyonnaise puisque le SDAU évoque la " conurbation de la Côtière ".

Ce coteau est longé par l'Ain depuis Pont d'Ain où la rivière sort du massif montagneux jusqu'à Meximieux où elle rejoint la vallée du Rhône. Elle se situe au contact entre la Dombes et Plaine de l'Ain, elle présente une dénivellation d'une centaine de mètres façonnant ainsi une rupture dans le paysage: " en encadrant la Plaine de l'Ain sur tout le secteur, elles créent une tension positive nord-sud, par les axes du relief et Est-Ouest par le jeu de vis à vis d'une côtière à l'autre…., les côtières sont un peu tout à la fois : avant-scène, porte ou balcon des arrières pays, fond de scène et de perspective depuis les plaines ". Au bas de la pente, au contact avec la vallée se succèdent de gros villages installés soit sur un lieu de franchissement de l'Ain : (Pont d'Ain), soit à l'écart de la plaine inondable Varambon, Priay, Villette, Mollon, Villieu, Meximieux. Sur le bord du plateau les hameaux et les villages sont plus clairsemés : les carronnières, sur Côte, Mas Durand, Chatillon la Palud, Loyes....

Ces communes recouvrent différents terroirs qui offrent des aptitudes variées et complémentaires. Ainsi, sur le territoire de Villette, successivement d'Ouest en Est, on rencontre :

  • Le plateau de la Dombes formé par de l'argile englobant de grosses moraines est resté très humide même s'il a été assaini au siècle dernier. On y trouve quelques vallons garnis de prairies humides, vallons creusés par les ruisseaux qui descendent vers l'Ain. Se succèdent des près, des champs et des bois dans lesquels les bouleaux et châtaigniers dominent. De grands étangs marécageux se groupent par deux et représentent la spécificité de la région encore très marquée par la chasse et la pêche. Les terres lourdes sont cultivées au sein de vastes exploitations très dispersées. Quelques bourgs concentrent les activités de services ; Chalamont, Villars les Dombes…La commune de Villette/Ain s'étend davantage sur le plateau dombiste que les communes voisines. En effet, la commune actuelle de Villette est issue de la fusion de deux paroisses qui avaient vécu de manière autonome. Villette de Richement correspondant uniquement au plateau et à ses entailles vallonnées et Villette de Loyes davantage centrée sur la Côtière.

  • La Côtière constituée par des terres argileuses a longtemps été un pays viticole. Cette vocation s'est estompée, des vergers se sont maintenus et développés mais des friches ont beaucoup gagné. Ces pentes sont investies par des habitations dont l'implantation reste fragile compte tenu des mouvements de terrains. Sur les pentes affleurent des marnes et cailloutis bressans et, par dessus, on trouve des placages d'argiles glaciaires qui rendent les terrains très mouvants. A Villette, la nuit du est encore présente dans les mémoires puisque la route D. a été recouverte par les terrains provenant du champ voisin qui surplombait la route.

  • La plaine alluviale de l'Ain supporte des champs et des prairies mais surtout des terres incultes appelées " brotteaux " qui servent de zone d'expansion des crues.

La plupart des habitants pouvaient ainsi posséder des bois et des près sur le plateau, des vignes sur la Côte et bénéficier des pacages collectifs dans les Brotteaux. Ce type d'utilisation agricole avec la mise en valeur de terroirs complémentaires correspondaient à une polyculture effectués par des petits propriétaires ayant des relations de dépendance avec les paroisses ou les seigneuries voisines très ténues.

La permanence de la polyculture vivrière jusqu'au milieu du XIXème siècle

Les terrains ingras permettaient à une population relativement nombreuse de vivre pauvrement comme le montrent les recensements effectués par les intendants de Colbert . En 1665, soucieux de connaître l'état des communes du royaume, Colbert envoie un questionnaire très précis dans les différentes paroisses. Les réponses sont éloquentes : " C'est un pays de broussailles et de monticules qui se sème la plus grande partie de seigle et d'avoine. Il y a quelques vignes dont le vin est fort chétif. Il n'y a que deux chétifs brotteaux. Les habitants sont censés pauvres ". Néanmoins, ce rapport mentionne 150 communiants à Villette de Loyes et 100 à Villette de Richement.

1654 500 communiants
1670 250 communiants
1709 185 feux (5 à 6 personnes par feux)
1720 53 feux
1726 245 hab.
1763 53 feux
1784 112 feux
1786 650 habitants

Tableau n°1 Evolution de la population de la commune de Villette/Ain aux XVIIème et XVIIIème siècle

A la fin du XVIIème siècle et au début du XVIIIème siècle, le nombre d'habitants a été très fluctuant. Sans doute faut-il voire dans ces fluctuations les effets des guerres et les pillages par les armées stationnées à Villette et mentionnées dans le recensement de Colbert. " Les habitants sont pauvres et ont été ruinés par les gens de guerre qui y ont été établis en quartier d'hiver ". La population est réduite de moitié entre 1654 et 1670 et divisée par trois entre 1709 et 1720.


Fig n°1 : évolution du nombre d'habitants de la commune de Villette sur Ain

En revanche, au XIXème siècle la population a été beaucoup plus stable même si les guerres de l'empire sont sans doute la cause de la baisse enregistrée à la fin de l'Empire. On retrouve deux maxima démographique (fig. n°1), l'un sous le second empire et l'autre à la fin du siècle. En revanche, à partir des années 1880 jusqu'en 1968, la baisse de la population est continue. La crise du phylloxéra , les méfaits de la grande guerre (très peu de mariage entre 1914 et 1918, 4 seulement) et la crise agricole du XXème siècle en sont sans doute les causes.

La stabilité démographique est confortée par l'appartenance des jeunes mariés à la Côtière où ils se marient et s'installent 'G.Chabot

1681-1720 149 mariages
1721-1760 162 mariages
1761-1800 209 mariages
1801-1840 269 mariages
1841-1880 236 mariages
1881-1920 203 mariages
1921-1947 138 mariages

Tableau n°2 Nombre de mariages célébrés à Villette de 1681 à 1947

Le dépouillement des actes de mariage célébrés dans la commune confirme la présence du maximum démographique au début du XIXème siècle et le déclin rapide de la population au cours de la première moitié du XXème siècle. Le dépouillement de l'origine des mariés montre que, jusqu'en 1840, même si l'un des deux conjoints est étranger à la commune, la plupart des jeunes mariés ne quittent pas la côtière. Seuls les domestiques présentent une plus forte mobilité. Pendant près d'un siècle et demi si on en se marie pas toujours au village même on reste très proche des villages voisins situés également sur la côtière offrant donc un genre de vie assez proche. Les mariages avec des habitants du Bugey sont encore rares. La permanence du territoire et du genre de vie est très forte

Le rôle de la Côtière comme lieu d'échange entre le plateau et la plaine, apparaît, à travers les mariages à partir de 1841 . Les communications sont plus faciles, on sort donc plus de chez soi. La construction de la passerelle de Gévrieux en 1852 permet des échanges plus nombreux avec le Bugey voisin. Les échanges sont facilités. Des fermiers du plateau sont venus louer les terres de la côtière et leurs filles épousent des habitants de Villette. En outre, les cultivateurs de Villette vont chercher des femmes sur le plateau tandis que les filles de du village se marient de préférence avec des jeunes de la vallée. L'installation de filatures de la soie à Jujurieux ou à Montluel attirent des ouvriers qui viennent épouser des filles de Villette. Après 1900, la bicyclette devient d'un usage courant et permet les relations entre les villages voisins pour les vogues en particulier. Les relations se multiplient. Un omnibus à chevaux relie chaque jour le village à la gare de Meximieux. Il est remplacé en 1910 par un autocar. Le nombre de mariages où les deux conjoints sont originaires de Villette est infime. La descente du plateau vers la côtière se confirme puisque de nombreuses filles qui se marient à Villette sont originaires du plateau. Les agriculteurs de Villette vont chercher leurs femmes sur le plateau qui reste plus attaché aux traditions agricoles. Ces femmes ne craignent pas de rester à la ferme. Les filles de Villette se marient à l'extérieur mais plutôt vers les villes que vers le plateau. On perçoit ainsi le glissement progressif du plateau vers la vallée et de la vallée vers la ville. Au fil des ans, et surtout après la guerre de 1914, la proximité perd de son poids. Les jeunes mariés vont facilement s'installer dans l'agglomération lyonnaise. Les nouveaux métiers s'imposent 14 jeunes gens sur 77 ne sont plus cultivateurs. De nombreux jeunes originaires de Villette ont un emploi régulier à Ambérieu, Ambronay ou Leyment (poudrerie) et continuent à habiter dans la maison paternelle tout en touchent les assurances sociales. Ils permettent d'abandonner la culture sans quitter le pays. Or les femmes cherchent à abandonner le statut de cultivatrice très lourd à porter.

Une première mutation territoriale apparaît avec la permanence de la fonction agricole en Dombes et l'ouverture de la Plaine de l'Ain aux activités nouvelles. Le phénomène s'accélère après la seconde guerre mondiale, le poids de l'agglomération lyonnaise, la déprise agricole et la démocratisation de la voiture imposent une véritable mutation territoriale qui s'inscrit dans le phénomène de la péri urbanisation fortement liée aux voies de communication.


(Source AREV)

Histoire | L'Eglise | Le lavoir | Richemont | Monument aux morts



Agenda
Tous les évènements de l'année

Recherche


Associations
Culturelles, sportives, ...
Toutes les associations du village

Tourisme /Loisirs
Hébergement, restaurants, sports, etc ...
Les bons plans à Villette sur Ain

Office du tourisme :
Centre Dombes Villars - Chalamont

Découverte de la Dombes ladombes.free.fr


Espace Pro.
Retrouvez les professionnels de la commune

Plan
Comment venir à Villette ?



copyright © 2002-2017 io network